Comment saboter votre projet ou … la peur de réussir !

Mis à jour : 29 août 2018






Il y a 2 éléments essentiels à la réussite d’un projet : 2 moments, 2 passages, 2 « espace-temps » qui peuvent faire basculer votre projet du côté de la lumière ou du côté obscur, du côté de la réussite ou de celui de l’échec. 2 passages obligés qui vous mettront au pied du mur : plus d’autre choix que celui d’être honnête avec soi-même, avec ses ressentis, son cœur, ses tripes : est-ce que ce projet est vraiment celui que je souhaite poursuivre ? est-ce que je suis vraiment déterminé à atteindre mes objectifs ? ont-ils un véritable sens pour moi, pour ma vie? est-ce que ce projet est vraiment le mien et pas celui de quelqu’un d’autre ?

Parce que la nature est bien faite, vous serez malgré vous confronté à cette interrogation, une mise à nu obligatoire, nécessaire et salutaire. Pour réussir votre projet et atteindre vos objectifs, vous allez devoir affronter l’épreuve … du premier pas et du dernier pas.

Parce que ces 2 pas, les plus difficiles à faire, activeront toutes vos PEURS, tous vos DOUTES, toutes vos INCERTITUDES, ils vous demanderont 100% de votre ÉNERGIE, de votre CRÉATIVITÉ, de votre NIAQUE.

Votre système nerveux, programmé pour optimiser sans cesse votre énergie vitale, revisitera votre détermination aussi souvent que nécessaire avant de s’engager… il n’a pas le luxe de gaspiller cette énergie précieuse, si coûteuse à maintenir… pour des causes qui, aux yeux de votre cœur, n’en vaudront pas la peine : alors


votre projet est-il suffisamment inspirant ? votre objectif vaut-il la peine des sacrifices ? votre chemin vous procure-t-il de la joie ?


L’HEURE DE VÉRITÉ EST ARRIVÉE! celle qui dévoile tout, sans faux semblant, sans tabou, la sentence irrévocable : celle du premier pas et celle du dernier pas.


Celle du PREMIER PAS, tout le monde l’a un jour ou l’autre expérimenté : c’est le fameux saut dans la piscine, le « je me jette à l’eau », le « on commence, on verra bien », le « c’est le premier cailloux qui compte ». Il est mobilisant en terme d’effort, d’énergie, de motivation, il peut être parfois engageant pour soi et son environnement ; il réveille en général la peur de l’échec: « et si j’y arrive pas", et "si j’en suis pas capable » et « et si j’échouais ? »… le premier pas est un dépassement de soi, qui témoigne d’une volonté de construire un projet, de bouger les lignes, d’évoluer, de changer… c’est déjà une belle victoire… mais ça NE GARANTIT PAS la réussite du programme : combien d’entre nous s’arrête en cours de route, abandonne; on s’inscrit à la salle de sport, on va au 1er cours avec entrain, au 2ième avec détermination, au 3ieme, avec obligation et puis… on lâche. L’avantage, c’est qu’on peut prendre le temps de se pauser, se poser les bonnes questions, réajuster son projet et repartir pour… un nouveau premier pas ! là où le premier pas peut être instructif et réversible, le dernier, lui, est décisif et irrévocable.


L’épreuve du DERNIER PAS… the last but not the least ! je l’ai expérimenté récemment et pour la première fois, je l’ai appréhendé sous un autre angle : quand j’ai senti que la dernière ligne droite était arrivée, que j’étais à 5 mm du succès, celui d’atteindre l’objectif que je poursuivais depuis des années… toutes mes peurs ont refait surface, toutes mes stratégies d’auto-sabotage, de protection, toutes ces nouvelles peurs, non pas d’échouer mais au contraire, de réussir. L’ennui, c’est qu’à ce moment-là, on n'a plus le temps de s’en occuper, plus le temps de se psychanalyser, de se faire coacher ou de lire des bouquins… parce que l’espace-temps est là, il n’attend pas, on est à 5 mm du succès, c’est MAINTENANT qu’il faut saisir la balle de match, pas dans 2 mn…. c’est le moment déterminant de RÉCOLTER LES FRUITS DE SON TRAVAIL … ou de le SABOTER. Car là c’est l’inconscient qui prend le relai, plus de place pour le mental… C’est le moment de vérité à savoir si tout le travail que vous avez fait en amont pour vous préparer, pour éradiquer vos systèmes de sabotage, modifier vos systèmes de pensées, si toutes les séances de coaching et PNL et autre accompagnement en valaient la sueur, et si le but que vous vous étiez fixé a définitivement l’APPROBATION DU COEUR.


Ce dernier pas se prépare en amont, souvent on le délaisse en pensant que c’est une évidence qu’il se fera sans peine; sauf qu’en réalité, c’est la dernière ligne droite d’un long marathon, vous êtes essoufflés, fatigués et pourtant il va mobiliser toutes vos ressources et toute votre détermination... plus de tricherie avec soi-même possible.


Alors quel chemin prenez-vous ? réussite ou sabotage ? Votre objectif a-t-il le goût de la joie, le coût du sacrifice? a-t-il peur d’être atteint ?

Vous êtes-vous suffisamment préparer pour gagner cette balle de match ? ne sous-estimez pas votre peur de réussir, car elle peut mettre en péril en 2 mn, le fruit d’un long investissement ...

La peur de l’échec, c’est comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, ça arrive à gros pas, ça s’entend, ça fracasse … c’est donc facile à identifier. La peur du succès, elle, est plus pernicieuse, comme une toile d’araignée qui s’immisce discrètement dans vos projets… et vous prendra au piège au moment venu.


Ma citation-cadeau: « Ce n’est pas la peur d’entreprendre, c’est la peur de réussir, qui explique plus d’un échec », Emile Cioran


#Entrepreneur #Dirigeant #Projectmanager #ChefDeProjet #manager #Particulier #Projet Chef de projet

106 vues

© 2018 by Agnes Burgan VouiFi. Mentions légales.